l'origine du piment et ses propriétés

L’origine du piment

L’histoire du piment, une des épices les plus connues au monde

Majoritairement issu du sud et du centre de l’Amérique, le piment est une épice exotique qui fait partie de la famille des Solanacées. L’aubergine, la tomate, la pomme de terre, le physalis ou le tabac font également partie de cette famille possédant à peu près 90 genres et plus de 3000 espèces au total.

D’après son histoire, le piment serait originaire de Bolivie, pour se répandre ensuite dans l’Amérique du Sud grâce aux graines portées par des oiseaux. Les grottes de Tamaulipas et de Tehuacan au Mexique abritent des vestiges qui prouvent que le piment aurait été utilisé depuis au moins 7000 ans. Il existe en tout 27 variétés de piment, qui se différencient généralement par leurs formes, leurs couleurs, leurs tailles et la force de leur piquant. Les Aztèques commencent d’abord par utiliser le piment à des fins décoratives environ 3000 av. J.-C.. Il est par la suite utilisé comme médecine grâce à ses vertus bienfaisantes et plus tard intégré comme épice en cuisine pour donner du piquant au goût de certains plats.

En 1492, lors de son voyage en Amérique, c’est l’Européen Christophe Colomb qui découvre pour la première fois le piment. Membre de l’expédition, le docteur Diego Alvarez Chanca est intrigué par l’usage de cette épice nouvelle et décide de la proposer en Espagne. Au départ, le piment ne rencontre pas un grand succès auprès des Espagnols à cause de son côté piquant jugé un peu fort et moins captivant par rapport au traditionnel poivre.

Mais l’histoire du piment prend une tout autre tournure quand l’économie amène les différents intermédiaires en Asie Mineure et au Moyen-Orient à taxer de plus en plus les épices en provenance d’Asie. Durant la même période, la bourgeoisie européenne qui se voit multiplier de jour en jour présente une forte demande d’épices associées à un standing plus élevé. Résultat, le prix des épices augmente significativement et la hausse de la demande provoque une volonté absolue de contourner les routes terrestres d’importation. L’acheminement des épices par voie maritime est donc adopté ce qui favorise et facilite très vite les expéditions depuis l’Inde.

En 1498, le grand navigateur portugais Vasco de Gama découvre la côte Malabar des Indes en passant par le cap de Bonne Espérance. Une nouvelle voie maritime et commerciale reliant l’Europe et l’Inde est donc créée pour permettre l’expédition des piments.

Goa, un État situé dans l’ouest de l’Inde fut donc le premier territoire conquis par les Portugais. La ville est aussi choisie comme point d’entrée du piment en Inde. Déjà habitués par les saveurs piquantes, les Indiens adoptent tout de suite le piment qui vient s’ajouter au poivre et au gingembre. Le climat doux et humide de la côte Malabar est également idéal pour la culture du piment et rend favorable son développement. Entièrement conquis par la saveur de cette nouvelle épice, les Indiens l’utilisent dans la préparation du massale, un mélange d’épices typique de la gastronomie indienne.

Le piment continue son voyage en s’introduisant en Chine et ensuite dans toute l’Asie en suivant les voies commerciales par l’ouest de l’Inde. Il poursuit sa route vers l’Est pour atteindre les pays arabes qui commencent également à importer du piment depuis l’Inde.

L’histoire du piment se voit évoluer à grande vitesse grâce aux échanges avec la Turquie qui a fait naitre l’AOP d’aujourd’hui. En effet, quand les Turques découvrent le piment, ils sont tout de suite conquis et amènent cette épice particulière en Europe en passant par les Balkans pour arriver jusqu’en Hongrie. Les Hongrois adoptent à leur tour, et utilisent le piment dans leur cuisine, notamment dans la composition de la célèbre soupe de goulash hongroise. La Hongrie commence également à cultiver du piment en grande quantité et se met à créer d’autres variétés, dont le fameux Paprika. D’où la réputation des piments originaires de la Hongrie et de la Slovaquie qui portent le nom Paprika, une épice très convoitée dans le monde.

L’introduction du piment en Europe prend plus de temps et commence assez tardivement, c’est-à-dire, vers le XVIIIe siècle. Ce ralentissement est dû principalement à la sensibilité des Européens aux saveurs piquantes. La France accueille le piment durant cette période par le côté Est notamment dans la région du Grand-Est.

Cependant, le piment est présent en France bien avant cette période en s’introduisant par l’ouest du pays. En 1650, certains producteurs du Pays basque commencent à cultiver du piment originaire des Antilles et d’Amérique du Sud arrivés en France par bateau. C’est à partir de ce piment que la variété appelée Gorria fait son apparition, elle est connue aujourd’hui sous le simple nom de Piment d’Espelette.

Malgré le long voyage du piment dans plusieurs parties du monde, notamment de l’Amérique du Sud au Mexique, il n’arriva pas tout de suite en Amérique du Nord. Les Indiens d’Amérique du Nord ne font pas la connaissance de cette épice à la même période que ses voisins. Les piments d’Amérique du Sud ne sont pas arrivés dans cette partie sauf au Texas, où quelques espèces sauvages endémiques sont retrouvées. C’est seulement au XIXe siècle au cours de la conquête de l’Ouest qu’ils découvrent le piment qui est importé depuis l’Europe.

Avant de devenir une des épices les plus connues au monde et d’acquérir sa renommée d’aujourd’hui, le piment a traversé plusieurs routes pendant plus de 500 ans. Il a suivi diverses voies commerciales et traditionnelles pour se répandre dans le monde entier et se cultiver aujourd’hui dans plusieurs pays.

Il en existe actuellement plus de 140 variétés ayant chacune leurs propres saveurs et leurs forces, que vous pouvez par exemple retrouvez chez Max Daumin.

Autres sujets épicés !

Résumé
Aggregate Rating
no rating based on 0 votes
Brand Name
Max Daumin
Product Name
Piment

Suivez nos actualités chaque semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*