myrtille, le petit fruit qui a tout bon avec ses nombreuses vertus

La myrtille, un fruit méconnu

Consommer des myrtilles pour être en bonne santé 

Grâce à ses nombreuses vertus, les myrtilles sont des fruits qui aident à combattre spécialement le cancer. Fraiches, congelées, consommées sous forme de jus ou de confiture, les myrtilles possèdent des composantes nutritionnelles bénéfiques pour la santé. Il existe même un Syndicat de la Myrtille, pour mettre en avant et informer sur ce délicieux fruit.

Les myrtilles sont réputées non seulement pour contrer le vieillissement, mais aussi pour pallier aux divers problèmes du corps humain comme l’asthme, les déséquilibres de la microcirculation, les infections urinaires et certaines maladies de la peau comme l’eczéma. Particulièrement riches en Vitamine C et en antioxydant représenté sous forme de flavonoïdes, les myrtilles sont un remède miracle pour combattre plusieurs maladies.

Des recherches sont toujours en cours pour confirmer si les vertus des myrtilles s’étendent également sur le diabète, l’apprentissage, la mémoire ainsi que la maladie d’Alzheimer.

Il existe 2 variétés de myrtilles qui se différencient par leur provenance et leurs caractéristiques :

  • Issue de la famille des Ericacées, la myrtille cultivée appelée Vaccinium corymbosum est une espèce d’arbustes d’Amérique du Nord, autrement appelée Myrtille arbustive en français, ou encore Myrtille américaine, Blueet, Corymbelle.
  • Le Vaccinium myrtillus ou la Myrtille sauvage appelée Airelle fait partie également de la famille des Éricacées produisant le même fruit myrtille faisant partie des groupes des airelles. Elle est identifiable par sa couleur bleu foncé à violette et son arôme riche.

Les deux espèces de myrtilles citées ci-dessus appartiennent à la même famille botanique, mais la myrtille cultivée est issue d’un greffage provenant d’un pied de myrtille sauvage.

Les bienfaits de la myrtille

Idéale pour lutter contre le cancer

Mis à part les rôles protecteurs des flavonoïdes contre le cancer, l’essence de myrtille agit sur les cellules cancéreuses en stoppant leur développement grâce à la présence importante d’antioxydant agissant sur ces dernières. Les myrtilles font partie, sans aucun doute des fruits qui ont des vertus thérapeutiques antioxydantes les plus élevées. Cependant, il est encore à confirmer à travers une étude plus approfondie si les myrtilles ont réellement des effets anti-cancer.

Aide à maintenir le poids


Les actions des flavonoïdes présentes dans les myrtilles régulent le glucose sanguin tout en réduisant le stockage des graisses abdominales grâce à sa faculté de résister à l’insuline. Les myrtilles réduisent le risque de vasoconstriction en favorisant le flux sanguin dans le corps et la tension, ainsi les risques de surpoids et de maladies cardiovasculaires sont évités.

Remède contre les troubles digestifs

Les vertus des myrtilles s’étendent jusqu’au traitement des troubles digestifs. On les utilise notamment pour traiter la diarrhée ainsi que pour remédier à la constipation en jouant le rôle de laxatif doux.

Fortifie le système immunitaire

Le ptérostilbène faisant partie des nombreux composants des antioxydants se trouvant dans les myrtilles, joue un rôle très efficace en tant que stimulant naturel dans le système immunitaire pour soigner diverses infections.

Accroît la visibilité nocturne

Jusqu’à aujourd’hui, aucun scientifique n’a confirmé la propriété des myrtilles permettant d’améliorer la vision nocturne. Cependant, selon l’histoire, durant la 2e guerre mondiale, la vision de nuit des pilotes anglais leur a permis d’échapper aux contrôles Allemandes, car leur vision nocturne aurait été tout simplement améliorée grâce cette technique de consommation de myrtille.

Pour avoir une santé oculaire régulière, il faut manger des myrtilles, car la consommation de myrtille peut contribuer également à avoir une bonne santé oculaire. En effet, ces dernières entretiennent et protègent la rétine de l’œil en lui fournissant des éléments essentiels. Même si la myrtille est présente sous forme de composant de médicaments pour traiter divers cas de maladies oculaires, l’idéal serait d’en consommer directement.

Au goût légèrement sucré, la myrtille est un fruit naturellement équilibré dont la teneur en glucides est d’environ 10 g pour 100 g de fruit et variant de 6,1 g pour la myrtille sauvage jusqu’à plus de 11 g pour certaines variétés de myrtilles cultivées. Ses sucres sont composés majoritairement de fructose à 50 %, du glucose à 35 % ainsi que des pentoses qui sont des sucres à 5 atomes de carbones et un peu de saccharose. Ainsi, ce sont ces glucides qui constituent la base d’apport énergétique de ce fruit aux multiples vertus.

Les minéraux présents dans la myrtille n’excèdent pas les 300 mg pour 100 g de fruit, mais on y recense plusieurs variétés telles que le potassium qui est majoritairement dominant comme dans la plupart des végétaux frais. Force est de constater que la myrtille renferme des oligo-éléments, des petites quantités de magnésium, de calcium, du fer et du zinc.

Riche en plusieurs types de vitamines, la myrtille renferme de la vitamine E de l’ordre de 2 mg, des vitamines du groupe B et quelques quantités de provitamines A de l’ordre de 0,03 mg pour 100 g de fruit.

Si la majorité des fruits n’apporte que 5 à 15 mg de vitamine C, on trouve en moyenne dans la myrtille 20 mg pour 100 g de fruit, un apport assez remarquable. En plus de la quantité élevée de vitamine C, la concentration et la présence d’antioxydants sous forme de substances flavonoïdes aux vertus thérapeutiques dans la myrtille en font un fruit d’exception. Ces substances en tant qu’agent antioxydant permettent à la vitamine C de jouer son rôle d’antiscorbutique. Ces substances regroupées sont appelées « facteur C2 » ou « Vtamine P » à savoir les catéchines d’environ 25 à 30 mg aux 100 g, ainsi que les biflavanes de l’ordre de 125 mg aux 100 g.

Tous ces composants visent à maintenir et à protéger les petits vaisseaux sanguins, les capillaires, permet la bonne circulation du flux sanguin et stoppe la formation d’amas plaquettaire. On y recense également d’autres substances faisant partie de la famille des flavonoïdes telles que les anthocyanes, les pigments de couleur rouge-violet qui sont à l’origine de la couleur du fruit allant de 400 à 500 mg aux 100 g.

Et pour toujours plus de culture, n’hésitez pas à lire nos autres articles de fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*