La Ferme des Tavalans, rencontre avec Carole

La Ferme des Tavalans, rencontre avec Carole

En 1988, Christian reprend l’exploitation familiale et s’installe à La Compôte. Comme son père et son grand-père, il perpétue la tradition de la famille Dumoulin en fabriquant ses tomes fermières. Depuis l’obtention de l’AOC, il produit également Tomes des Bauges fermières. En Avril 2013, sa femme Carole rejoint l’exploitation. Rencontre avec cette dernière…

Carole – La Ferme des Tavalans

Contrairement à Christian, Carole n’est pas issue du monde agricole. Ses deux parents étaient fonctionnaires, et elle a fait ses études universitaires dans le domaine des sciences politiques et de la communication. Son frère est quant à lui ingénieur en informatique. Jusqu’en 2006, Carole était en agence de communication à Lyon. Lassée de la ville, elle rejoint le Parc naturel régional du massif des Bauges en mai 2006 en tant que Chargée de communication, d’abord à 80%, puis à 60% depuis 2012. Elle a rencontré Christian en 2007, lors d’un comice agricole. L’EARL des Tavalans a été créée en 2013.

Au sein de la ferme des Tavalans, Carole est à la fois associée et salariée. Aujourd’hui, elle gère essentiellement tout l’administratif : la comptabilité, la facturation, les préparations de commande, les livraisons. Pendant les périodes de forte activité, elle procède à la fabrication et fait des Tomes des Bauges.

Le travail à la Ferme des Tavalans

Il n’ y a pas réellement de journée type. Mon compagnon se lève vers 5h45 pour aller traire ses vaches, faire boire les veaux. Ensuite, en fonction de la période et des travaux à réaliser, c’est très variable. Ce peut être la fabrication, s’occuper de la cave, préparer des commandes, livrer les clients, bouger les vaches de parc, procéder aux vêlages, s’assurer que les vaches ont de l’eau, sinon, aller chercher les tonneaux, les remplir et les ramener aux vaches, faire différents aménagements, faire les foins, nettoyer le matériel, et à nouveau traire les vaches le soir et faire boire les veaux.

Nous sommes en zone de montagne. L’hiver, les vaches sont à l’étable. Elles sortent en général en avril jusqu’en octobre. Il faut régulièrement les changer de parc en fonction de l’herbe. Nous avons une salle de traite mobile qui suit les vaches dans leurs déplacements ! Et quand on bouge les vaches, il faut également bouger la salle de traite, le  groupe électrogène, les tonneaux à eau ! Ça prend vite une demi-journée.
Pour ma part, lorsque je ne travaille pas au Parc, ce peut-être de fabriquer, de m’occuper de la cave à tomes (c’est-à-dire tourner les tomes pour permettre un bon affinage), de préparer des commandes, de livrer des clients, de saisir des factures, de payer des fournisseurs…

Une passion pour Christian, une révélation pour Carole

Christian a toujours été producteur, comme son père. Historiquement, tout le monde faisait ses tomes. Christian a choisi ce métier comme une évidence. Son père fabriquait, il a appris avec lui. Il aime bien cela. Transformer permet également de mieux valoriser son lait, de pouvoir prétendre à de meilleurs revenus, même si ça implique du travail supplémentaire. De producteur de lait, éleveur, il devient fromager, affineur, commercial… Ce n’est pas facile mais ça apporte aussi beaucoup de satisfactions ! Christian, ce qui lui plaît, c’est de travailler au contact de ses animaux. De transformer aussi et d’avoir également cette satisfaction lorsque les clients lui disent que ses tomes sont bonnes !

Pour ma part, ce qui me plaît, ayant par ailleurs un travail de bureau, c’est de faire quelque chose de très différent, de travailler avec un produit vivant, le lait, de le transformer, d’avoir des échanges avec les clients. Avoir des clients réguliers, qui vous félicitent pour ce que vous faites apportent beaucoup de satisfaction. C’est un « plus » par rapport à la « simple » production de lait. On produit du lait, on le transforme et on vend en direct notre produit. C’est valorisant. Moi, c’est ce qui me plaît. Je fais aussi quelques animations dans les écoles ou auprès des touristes l’été. J’aime répondre aux questions, faire mieux connaître ce métier d’agriculteur-producteur.

La Ferme des Tavalans et Pourdebon

Ayant un autre métier, il nous est impossible d’être présent sur les marchés réguliers pour vendre nos tomes. Quand j’ai découvert Pourdebon, je me suis dit que ça correspondait à ce qu’on pouvait faire, à ce que l’on savait faire. Ça nous permet de vendre nos produits, en direct malgré tout, à des clients plus lointains que ce qu’on a l’habitude de faire. De faire découvrir la tome des Bauges au-delà des Savoie. Et d’avoir ce contact avec le client. Il sait d’où vient le produit. S’il est satisfait, il peut le dire, l’inverse également. Ce qui nous impose aussi d’avoir toujours un produit de qualité et de nous efforcer de continuer à faire ce produit de qualité. Et de le vendre à bon prix. Les valeurs que nous partageons avec Pourdebon sont : la qualité, le lien avec le consommateur final. Nos portes sont ouvertes. Si un consommateur veut venir voir nos animaux, l’étable, la fabrication, les analyses de lait, tout est possible.

Acheter les produits de La Ferme des Tavalans

Pour voir nos autres interviews, c’est par ici !

 
 
Summary
Photo ofCarole Vanesse
Nom
Carole Vanesse
Site Web
Société
La Ferme des Travalans

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*