Accueil » Actualités » Grippe aviaire 2022 : une pénurie de foie gras pour Noël ?
Un article qui présente l'impact de la triple crise qui touche les élevages de volailles : sanitaire avec la grippe aviaire 2022, écologique et économique.

Grippe aviaire 2022 : une pénurie de foie gras pour Noël ?

Chaque année, ce sont 37 millions de canards et 700 000 oies qui sont gavés en France. Mais en 2022, la France, leader mondial de la production de foie gras, vacille. Depuis novembre 2021, l’on a abattu pas moins de 16 millions de volailles en France ! Ce chiffre colossal illustre les ravages que cause la grippe aviaire 2022 parmi les petits élevages… Alors n’hésitez pas à les soutenir ! Achetez à l’avance votre volaille festive ou votre foie gras auprès d’eux, par exemple. Ce sont des produits qui manqueront à Noël, et que vous pouvez aisément congeler. En effet, on estime à 30 à 40% de moins la production de foie gras française cette année.

A trois mois de Noël, les consommateurs, que l’inflation et la morosité ambiante du contexte économique assomment déjà, se demandent à quoi va ressembler leur repas de fêtes avec toutes les pénuries qui menacent d’avoir lieu, et celle du foie gras en particulier… Du côté des aviculteurs, ce n’est pas seulement la grippe aviaire 2022 qui frappe. Les conséquences de la guerre en Ukraine et du changement climatique sont aussi très néfastes pour la survie de leurs élevages.

Dans cet article, nous donnons la parole aux petits éleveurs, dont le quotidien actuel mérite que l’on s’y intéresse. Nous vous conseillons par ailleurs de commander au plus vite votre volaille pour les fêtes, car il n’y en aura pas pour tout le monde ! N’hésitez pas, là aussi, à la congeler.

La grippe aviaire, c’est quoi ?

La grippe aviaire, appelée aussi “grippe du poulet”, est une maladie qui touche la plupart des oiseaux, qu’ils soient sauvages ou domestiques. Le virus qui en est à l’origine est propre aux oiseaux, et se décline en plusieurs genres, dont l’influenzavirus A. Hautement contagieuse et léthale chez les gallinacés, elle est complètement bénigne pour l’homme.

En ce qui concerne la grippe aviaire 2022, on parle d’une épidémie mondiale. Elle concerne 36 pays, parmi lesquels la France. Plus d’une dizaine d’oiseaux marins sont touchés ; cela véhicule ainsi le virus qui se répand ensuite à vitesse grand V dans les élevages, d’autant plus si ces derniers sont concentrés géographiquement, et s’ils regroupent des populations en forte densité, comme c’est le cas des élevages industriels dans les Landes, notamment.

grippe aviaire 2022 : les pénuries à prévoir pour Noël
Grippe aviaire 2022 : pourquoi il y aura une pénurie de volaille et de foie gras à Noël

Les éleveurs de volaille face à la crise

Plusieurs de nos éleveurs nous ont accordés un peu de leur temps précieux pour nous confier leurs difficultés quotidiennes.

Nous sommes aviculteurs. Nous élevons des oies (que nous faisons naître sur la ferme, puis que nous élevons et gavons sur la ferme), mais aussi des canards, des poulets (et ponctuellement, pour les fêtes, des chapons, poulardes, …). Nous élevons aussi des lapins et des vaches. Nous devons acheter à l’extérieur nos céréales pour nourrir nos poussins, car nous n’avons pas suffisamment de terre pour être en autonomie.

Carmen, La Ferme des Hautes Granges

Je suis avicultrice et j’élève en Bretagne des volailles (principalement des poulets fermiers et des pintades), dans le respect du cahier des charges de l’Agriculture Biologique. Je vais essayer de vous évoquer au mieux le contexte actuel, assez critique du fait de l’inflation qui sévit, du changement climatique, et de la grippe aviaire qui menace mon élevage depuis des mois. A Noël, les pénuries seront catastrophiques…

Sonia, les Poulets de la Marquise

Ma femme Véronique, ma fille Lucie et moi-même élevons des volailles de chair en Eure-et-Loir. Elles sont en plein air, dans des conditions 100% naturelles : nous les nourrissons avec les céréales produites sur la ferme auxquelles sont incorporées des huiles essentielles pour le bien être des animaux, et nous respectons le cycle d’élevage naturel de 120 jours.

Didier Grandvillain, La Ferme Grandvillain

Grippe aviaire 2022 : une crise sanitaire sans précédent aux conséquences multiples

Les aviculteurs, qu’ils élèvent des poulets comme Sonia et la famille Grandvillain, ou des canards et des oies comme Carmen, se retrouvent souvent dans un véritable goulot d’étranglement. La gestion de la crise sanitaire leur imposent moultes contraintes.

De fortes pénuries

En ce second semestre 2022, la filière avicole manque cruellement de sa matière première : le caneton. Cela s’explique par le fait que nombre de reproducteurs ont été abattus au cours du printemps. Les Pays de la Loire, qui fournissent à eux seuls près de 70 % des canetons d’un jour destinés à l’élevage (source CIFOG, Marie-Pierre Pé), ont été fortement touchés par les vides sanitaires.

A la Ferme des Hautes-Granges, l’élevage avicole était au “chômage technique” une bonne partie de l’année :

De mi avril à fin juillet 2022, nous n’avons pas pu rentrer une seule volaille sur l’exploitation ! Dramatique. Heureusement, grâce à l’entraide entre agriculteurs, nous avons pu récupéré les volailles d’une autre exploitation, que nous avons abattues sur la ferme et donc vendues à notre compte. Heureusement, nous avons nos reproducteurs sur la ferme, ce qui est très rare car la plupart des fermes reçoivent leurs canards à un jour, voire souvent n’assurent que la partie gavage, déjà très technique. Depuis le 21 juillet, nous pouvons à nouveau rentrer des volailles. Nous recevons nos poulets à 5 ou 6 semaines de vie, car nous avons pas les bâtiments adaptés pour les accueillir avant dans des espaces chauffés pour leur confort. Quand on les reçoit, ils sont ensuite élevés en plein air et sont abattus à 90 jours minimum (soit à près de 13 semaines de vie).

Ces pénuries s’expliquent par les règles drastiques qui s’appliquent : partout où des foyers sont repérés, on abat les élevages dans un rayon de trois kms. Cela est valable quand il s’agit d’un élevage touché. Si, en revanche, il s’agit d’un oiseau sauvage, hors élevage, on n’abat pas… Ce système, teinté d’incohérence, asphyxie les petits élevages, qui ferment les uns après les autres, et provoquent de grosses pénuries. Et malheureusement, cela va impacter notre consommation, car il manquera des produits comme le foie gras pour les fêtes, qui, par dessus le marché, se vendra à un prix plus élevé qu’habituellement, l’offre se raréfiant.

Hausse du prix de vente de la volaille et du foie gras

Le fait que les volailles soient claustrées a un impact financier pour les aviculteurs. Au delà du risque planant d’amendes (1500 € minimum par jours non respectés), les animaux ne peuvent plus se nourrir dehors. Il faut donc acheter plus de céréales, ce qui a pour conséquence indirecte d’augmenter le coût de “fabrication” de la volaille, et donc son prix de vente final.

Par ailleurs, la grippe aviaire impose, pour la commercialisation des volailles, un contrôle vétérinaire avant abattage. Il faut qu’il soit négatif pour que l’abattage et la commercialisation soient possibles. Ce test, s’il n’est pas maîtrisé par les éleveurs, nécessite l’intervention d’un vétérinaire, ce qui entraîne là aussi un coût supplémentaire. A titre d’exemple, à la Ferme des Hautes Granges, Carmen élèvent 90 oies. La venue du vétérinaire en septembre leur a été facturée 250 €. Cela représente 2,78 € par oie, ce qui est énorme, et augmente alors forcément le prix… du foie gras.

Les pressions psychologiques

Sonia s’exprime quant à elle sur les pressions psychologiques terribles que doivent vivre au quotidien les éleveurs :

Comme il n’y a plus de place à l’équarrissage, les volailles sont abattues sur la ferme et enterrées sur la ferme : c’est un véritable drame pour nous les éleveurs, qui n’avons plus que nos yeux pour pleurer… Le taux de suicide dans la filière a fortement augmenté ces derniers mois, mais les médias n’en parlent pas… Quant aux indemnisations que l’on évoque souvent ? 1,17 € de la volaille, quand le prix du poussin est déjà à 70 centimes ! Je vous laisse faire le calcul pour un éleveur qui n’a que ses poulets pour vivre. La pression psychologique énorme : si on ne suit pas les règles (claustrer les volailles ndrl), la police sanitaire menace de fermer les élevages, voire d’interpeller les éleveurs récalcitrants. Même les vétérinaires sont envoyés par la police sanitaire…

Mais la grippe aviaire 2022 n’est malheureusement pas le seul fléau qui touchent les aviculteurs aujourd’hui. Leurs élevages sont aussi fortement impactés par la crise économique et le changement climatique.

Grippe aviaire 2022 et pénurie de foie gras à Noël

A l’issue de la lecture de cet article, nous espérons vous avoir sensibilisé au quotidien dramatique des aviculteurs. Nous espérons encore vous avoir informé des pénuries qui s’annonçaient pour les fêtes. Aussi, nous vous conseillons d’anticiper vos commandes ! Volailles festives et foies gras se feront rares sur les étals au mois de décembre.

Le grand absent cet année sera le foie cru, issu directement des volailles fraîchement abattues. Disparition des reproducteurs, petits élevages qui ont mis la clé sous la porte, vides sanitaires encore actuels… La production de canards gras est fortement impactée. Si l’on peut imaginer que le foie gras en conserve sera présent sur les étals, ses DLC étant longues), il n’en sera pas de même pour le foie cru. Anticipez donc vos achats, afin de préparer vos terrines de foie gras à l’avance puis de la congeler. Retrouvez alors notre article pour vous guider pas à pas dans la confection de votre foie gras maison !

 
Résumé
Grippe aviaire 2022 : une pénurie de foie gras pour Noël ?
Article Name
Grippe aviaire 2022 : une pénurie de foie gras pour Noël ?
Description
A trois mois de Noël, la question de savoir si le foie gras et la volaille seront présents sur nos tables festives est sur toutes les lèvres... Dans cet article, on fait le point sur l'impact du contexte actuel sur les risques de pénurie : grippe aviaire 2022, mais aussi inflation et changement climatique.
Author
Publisher Name
Pourdebon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*