Le pigeon barrois : rencontre avec Sandrine et Olivier

Le pigeon barrois : rencontre avec Sandrine et Olivier

Sandrine, coiffeuse de formation, n’aurait jamais imaginé devenir agricultrice un jour. C’est en rencontrant Olivier, inséminateur artificiel à l’époque, qu’elle se prend à rêver. Leur vie commune commence dans les Vosges, où ils font grandir leurs trois enfants.

Il y a 18 ans, Olivier a du changer de travail suite à des problèmes de santé liés à son métier d’inséminateur. A ce moment là, Sandrine ne travaillait pas, mais s’occupait de ses 3 enfants. Enfant, Olivier élevait des pigeons, il en gardait un heureux souvenir. Vivre de sa passion devenait ainsi une opportunité. Il a donc décidé de démissionner et le couple a vendu leur maison dans les Vosges. Financièrement, il n’ont pas gagné au change… mais ce travail, ce nouveau mode de vie leur a apporté bien des choses: d’autres valeurs et un épanouissement personnel qu’ils ne pouvaient imaginer. Aucune journée ne se ressemble à la ferme : Olivier et Sandrine s’organisent comme ils le souhaitent, ils sont maîtres de leur travail.

L’idée du Pigeon Barrois

Le Pigeon Barrois est né d’une passion pour le pigeon. Le projet a débuté sur leur terre natale: la Haute-Marne. Sandrine et Olivier se sont d’abord lancés en créant une SARL pour ne pas se fermer de portes, ne sachant pas comment l’aventure allait tourner.

Originaux? Marginaux? Pour Sandrine, se rapprocher de la nature et mener sa vie comme elle l’entend n’a rien d’original. 

En discutant avec ses collègues producteurs, on se rend vite compte que la plupart vivent la même chose ! Nous avons tous des histoires plus extraordinaires les unes que les autres à raconter !

Associés à parts égales, Olivier est le gérant, l’exploitant, et Sandrine sa salariée. Olivier s’occupe de l’élevage, des animaux, ils abattent ensemble et Sandrine s’occupe de la transformation, de la vente et de la comptabilité.

Toutes les journées sont différentes et s’organisent en fonction des besoins. Chaque semaine, un jour d’abattage, parfois deux. Le travail principal de l’éleveur est de surveiller les nids, mirer les œufs, pailler. Avec plus de 600 couples de pigeons, il y a 1200 nids à surveiller car chaque couple possède 2 nids, et il y a 2 petits dans chaque nid, donc – en théorie – 2400 petits à surveiller ! En théorie car malheureusement, toutes les portées ne réussissent pas… Il faut curer chaque semaine, distribuer la nourriture chaque mois.

Les semaines de Sandrine sont rythmées par les abattages et les salons. En période de salons et marchés, elle prépare tous les produits frais qui seront vendus sur la fin de semaine. Quand elle n’est pas sur les marchés, elle transforme tout ce que ses pigeons produisent. C’est là qu’elle fait ses conserves.

Ce qui les différencie

Dès le départ, les Noirot ont choisi d’élever leurs animaux le plus naturellement possible, en leur donnant des grains entiers et aucun traitement médicamenteux. Leurs pigeonneaux sont abattus entre 35 et 40 jours (contre 28 à 30 jours en élevage granulé), ce qui leur confère une vraie saveur, et la tendreté d’un pigeonneau n’ayant pas volé. 

Le choix de Pourdebon

Par manque de visites et de ventes sur son site, Sandrine s’est tournée vers une place de marché. 

Le site Pourdebon m’a rapidement convaincue par l’attention apportée au choix des producteurs. Je pense qu’il y a une réelle recherche de bons produits et que les clients sauront s’y retrouver.

Garder le contact avec le client est une priorité pour Sandrine, comme l’agriculture en vente directe.

Chacun son métier, laissons la vente en ligne à ceux qui maîtrisent !

 

Acheter les produits du Pigeon Barrois

Retrouvez toutes nos autres interviews de producteurs et artisans.

 

Summary
Photo ofLe Pigeon Barrois
Nom
Le Pigeon Barrois
Site Web

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*