Rencontre avec Roland du Bastide du Laval

bastide du lavalAujourd’hui sur le blog, c’est Roland Coupat, créateur et gérant du moulin du Bastide du Laval qui prend la parole ! Après une carrière dans le tourisme à l’étranger puis en France, il souhaite retrouver le contact avec la terre et ses racines. Cela fait aujourd’hui 20 ans qu’il a choisi cette nouvelle voie. Il travaille avec sa femme Carine, dans le Sud Lubéron depuis 1998, où ils produisent de l’huile d’olive. Ce qui leur plait dans ce métier, c’est avant tout les arbres (l’olivier) mais aussi de générer des produits d’exception.

Depuis 2014, ils sont également devenus mouliniers. Dans leur bastide  à Cadenet, ils lancent l’oléotourisme en accueillant les visiteurs pour des visites du moulin et de l’oliveraie. Ils leur font visiter le moulin, et l’oliveraie le long des sentiers balisés, avec des dégustations, et une initiation aux différents fruités de l’huile d’olive, mais aussi des formations à la culture de l’olivier et des cours de cuisine.

En saison de récolte, il faut être au moulin de 6h à 22h pour l’accueil des apporteurs d’olives et la phase de trituration. En saison touristique (environ d’avril à septembre), Roland et Carine accueillent le public pour leur faire visiter l’oliveraie, le moulin et aussi réaliser des formations, des cours de cuisine et des dégustations.

La philosophie du moulin à huile du Bastide du Laval

La culture des oliviers se fait selon les principes de l’agriculture biologique et ici, le fertilisant roi est… le fumier ! Celui-ci, composté, est riche en micro-organismes et permet de régénérer l’humus et d’améliorer les qualités du sol. Il libère, lentement et sur une longue durée, les éléments minéraux qu’il contient et dont les arbres ont besoin.

La récolte se fait manuellement, avec peignes et filets. L’huile extraite de ses olives doit être absolument conforme à son ambition. D’où l’idée, lentement mûrie dans l’esprit de Carine et Roland, de construire un moulin et de se former pour « triturer » eux-mêmes leurs olives, c’est-à-dire en extraire l’huile. Tout, dans le bâtiment, a été conçu pour un impact minimal sur l’environnement et une autonomie maximale en énergie. Traiter les olives dans son propre moulin permet de réduire au maximum la durée entre récolte et trituration, évitant ainsi tout risque de fermentation ou de perte d’arômes.

La machine qui sert à l’extraction est de toute dernière génération. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la nouvelle arrivée est italienne, et plus précisément toscane, une région en pointe dans la fabrication d’huile d’olive au fruité vert. Il s’agit d’un moulin à deux phases, c’est-à-dire sans adjonction d’eau au cours de la trituration, ce qui permet à l’huile de conserver la plus grande partie des arômes contenus dans l’olive. Enfin, et dans ce même objectif, la technique d’extraction se fait à froid. Le produit phare, une huile typée « fruité vert », avec un taux d’acidité très bas, est le résultat de cet ensemble de facteurs, en particulier de cette méthode d’extraction, mais pas seulement ! Il faut aussi compter avec l’influence du terroir, les variétés, et la maturité optimale des olives.

Les produits du moulin à huile du Bastide du Laval

Pour réaliser leurs huiles d’olive, Roland et Carine font déjà très attention aux olives utilisées. L’ Aglandau (ou Verdale de Carpentras ou Béruguette selon les régions) est la variété d’olives la plus plantée en Vaucluse. C’est également la plus utilisée pour fabriquer les huiles d’olives de Bastide du Laval, bien qu’on trouve également les variétés Salonenque, Picholine, Bouteillan et Cayon. L’Aglandau et la Picholine sont les deux variétés françaises les plus riches en antioxydants, garants de bonne conservation de l’huile. En bouche, on reconnaît leur présence par « l’ardence », c’est-à-dire un léger picotement en fond de gorge.

L’oliveraie se trouve dans la zone d’appellation d’Origine Controlée « Huile d’olive de Provence », gage d’un terroir et d’un savoir-faire, mais aussi de traçabilité et de controle. L’huile Bastide du Laval porte donc l’appellation « huile d’olive de Provence », certifiée en bio.

Les bienfaits santé de l’huile d’olive vierge ne sont plus à prouver et sont liés essentiellement à sa richesse en acides gras monoinsaturés, en vitamines, et en composés phénoliques.

Les différents arômes des huiles

L’huile Fruité Vert se caractérise par un nez délicat avec des odeurs herbacées. En bouche, le fruité est intense et dominé par le végétal, l’artichaut cru, l’amande fraiche, le basilic. Et n’oubliez pas, l’huile d’olive est un condiment, l’amertume et le piquant, gages de qualité et de fraîcheur, s’ils sont perçus lors de la dégustation, disparaissent quand ils sont associés à des aliments. Seul demeure le fruité.

Par ailleurs, le moulin a également développé toute une palette d’huiles aux arômes variés :

  • Le fruité noir (olives maturées) fait référence à la tradition en développant
  • des arômes d’olives noires et de tapenade sans amertume ni ardence.
  • l’huile au basilic bio broyé en même temps que nos olives.
  • celle au citron bio broyé et malaxé également avec nos olives.
  • à la truffe du Luberon, récoltée dans les collines de Cadenet et Cucuron.
  • La monovariétale Picholine, plus douce avec un arrière goût de banane.
Acheter les produits du Moulin à huile de bastide du Laval

Un commentaire

  1. Merci pour l’article et aussi pour le partage.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*